• Comment cela vous ne connaissez pas BilanteRa?

    Habituellement bilanter s’emploie dans le milieu médical, voir parfois dans les entreprises. Je l'ai détourné sciemment pour parler des NuméRas et de mon vécu avec eux.

    NuméRas: BilanteRa

    Illustrations Annie Camenisch

    A la fin de ce premier trimestre le moment est venu de faire un bilan intermédiaire de la méthode Les NuméRas (voir références en fin d'article) et de son utilisation au quotidien dans ma classe de CP. J'utilise cette méthode pour l'enseignement des mathématiques mais aussi pour l'enseignement de l'allemand. Voici donc "BilanteRa" à l’œuvre:

    Côté enseignants:

    Je ressens bien moins de pression qu'avec un fichier, parce que je sais que l'on peut répéter une mission plusieurs fois si besoin est; l'essentiel est que les élèves aient compris et arrivent à faire ce qui est demandé. Je pense que le fait de ne pas "voir", ne pas avoir sous les yeux les pages suivantes du fichier, y est aussi pour quelque chose.

    Les élèves font certaines activités avec une facilité et un naturel déconcertants: compter de deux en deux ou de trois en trois, dire les comptines en avançant et en reculant, dénombrer deux par deux et trois par trois et garder la mémoire de la quantité dénombrée, conclure par une phrase en annonçant le nombre total d'objets.

    Ma collègue et moi même trouvons une continuité dans l'enseignement des mathématiques en classe bilingue, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. En effet, la méthode est entièrement et parfaitement adapté à la parité horaire et aux répartitions demandées par l’Éducation Nationale. Les mathématiques en français et les mathématiques en allemand ne font vraiment qu'un.

    Les textes dialogués (il y a alternance entre des textes en français qui racontent l'histoire et  des textes théâtralisés en allemand) permettent de faire jouer et rejouer les saynètes par les enfants, pour les mathématiques et ensuite pour intégrer les structures langagières sous forme de rituel. En même temps que les mathématiques et en parallèle nous travaillons donc aussi la langue allemande. Des fiches de langue, des jeux viennent aussi enrichir ce volet de l'enseignement. Les fiches de langue correspondent à l'application écrite de ce qui a été travaillé de manière rituelle à l'oral. Les jeux tant en mathématiques (retrouver chez quel NuméRa l'on va en avançant ou reculant de x cases, associer différentes représentations d'un nombre) qu'en langue allemande (Ich habe... Wer hat ... ? pour l'acquisition du vocabulaire, d'autres pour les structures) permettent de renforcer les apprentissages, les consolider, sans que cela soit rébarbatif pour les élèves.

    Côté élèves:

    Les élèves apprécient les histoires, ils adhèrent au monde imaginaire, attendent la suite, l'inventent, émettent des hypothèses. Ils jouent le jeu et se mettent à la place des NuméRas qui ne connaissent que les nombres de 1 à 9 pour le moment.

    Cela ne leur pose aucun problème pour/de côtoyer d'autres nombres par ailleurs, car ils savent qu'ils ne sont pas en situation NuméRas: ne connaitre les nombres que de 1 à 9 se limite aux moments où l'on travaille les mathématiques. En dehors de ces moments il est normal d'être confronter aux autres nombres, comme lorsque nous écrivons la date.

    Une manipulation régulière, quotidienne, favorise l'acquisition des mathématiques, leur compréhension. Pour autant je n'ai pas l'impression de passer mon temps à préparer du matériel.

    Malgré une quantité non négligeable d'écrits, les enfants sont enthousiastes et contents à l'idée de faire, résoudre les missions. Pour eux il est aussi normal d'avoir de l'écrit en quantité, car ils sont des grands maintenant! Ces écrits sont par exemple les comptines en écriture littérale, la phrase réponse à un problème mathématique, etc.

    Ils aiment inventer de nouveaux NuméRas sans numéro: SeTaieRa, ChuchoteRa, NageRa, DanseRa, DessineRa, SporteRa... parfois des plus improbables, et bien entendu dans ce cas je leur indique que ce NuméRa n'existe pas. Ces NuméRas correspondent donc aux élèves lors des différents moments, situations, phases en classe, mais il n'est pas rare qu'ils m'affublent aussi d'un nom de NuméRa ^^ Non vous n'en saurez pas plus!

    Cette méthode encourage aussi au travers de situation variées de développer la recherche par des problèmes ouverts par exemple.

    Côté parents:

    Nous avons bien présenté la méthode lors de la réunion de rentrée et expliqué en quoi elle est différente des méthodes usuelles. Les parents savent donc qu'il ne peuvent pas comparer pour le moment la progression de leur enfant par rapport à celle d'un enfant utilisant un fichier, une méthode plus classique.

    Les parents ont régulièrement les missions effectuées par leur enfant. Ils peuvent ainsi les compulser et voir le travail accompli.

    Ils reçoivent aussi régulièrement le "Cahier des NuméRas" dans lequel se trouvent: un résumé de l'histoire, suivi d'une mission et habituellement terminé par un mémo. Ainsi ils peuvent: suivre et comprendre l'histoire (c'est par elle que sont amenées les situations problème, introduites les différentes notions), la lire et la relire à leur enfant; voir le travail demandé au travers d'une mission effectuée par leur enfant, et constater si oui ou non il a réussi cette mission; et, par des exemples, constater ce qui est attendu.

    Il est indispensable de mon point de vue, de bien communiquer avec les parents dès le début de la mise en œuvre des NuméRas. Cette méthode a été reconnue comme innovante par le CNESCO mais si l'on ne donne pas aux parents les clefs correspondants à la serrure, les NuméRas resteront amnésiques, transis de froid devant la porte, et les parents ne sauront ouvrir leur porte à ces drôles de petites créatures, les réchauffer et leur donner le nom adéquat ...

     

    En clair, bilan positif voire très positif pour moi à ce stade de l'aventure. Ma collègue et moi-même sommes impatientes de voir la suite, de voir si les élèves pourront transposer à des nombres plus grands ce qu'ils ont appris (dénombrer, connaitre les comptines des nombres, savoir que la comptine a un terme de plus que la comptine précédente, compter en avançant et en reculant), acquis avec les nombres de 1 à 9 (le zéro arrive en ce moment même^^).

     

    Si vous aussi vous souhaitez utiliser les NuméRas dans votre classe ou si tout simplement vous souhaitez en savoir plus sur cette méthode et ce projet, vous pouvez contacter les auteurs par mail à l'adresse suivante:

    pour les classes monolingues: lesnumeras@gmail.com

    et pour les classes bilingues: lesnumerasbil@gmail.com

    Méthode monolingue disponible ici Construire les maths avec les NuméRas aux éditions Nathan.

    Pin It

    5 commentaires
  • Durant la dernière période nous avons été conviés par notre IEN à participer à une réunion d'information par Serge Petit, Annie Camenish et Claudine Walgenwitz.

    Celle-ci visait à promouvoir et divulguer la méthode mathématique Les NuméRas. (clic sur les images à la fin de cet article pour accéder aux publications)

    Après cette première rencontre, mes collègues et moi-même avons décidé de nous lancer dans cette aventure. "Seul" hic et non des moindre, si il existe bel et bien une version française des NuméRas, tout reste à faire en allemand/bilingue.

    CapMaths est une méthode qui fonctionne très bien avec les élèves, surtout si l'on fait vivre et participer Schnuffi un minimum et que l'on théâtralise le tout. Et j'ai pris plaisir à travailler avec celle-ci.

    J'aime théâtraliser, j'aime jouer avec les mots et la langue, j'aime tester de nouvelles choses, j'aime me lancer des défis...

    Me voilà donc embarquée entre Dodécanèse et Décanèse dans la barque des NuméRas, en compagnie de Serge Petit et d'un autre collègue de la circonscription d'Altkirch.

    Je suis consciente que la mer ne sera pas toujours une mer d'huile, que nous traverserons des tempêtes, sûrement que nous aussi nous tomberons dans l'eau salée glacée, et qui sait, peut être perdrons nous, nous aussi, la mémoire...

    J'accepte d'affronter non seulement les foudres de Zeus, mais aussi celles des parents, qui risquent de ne pas toujours comprendre cette méthode qui a fait ses preuves et qui a été reconnue par le CNESCO comme innovante. Mais j'espère qu'ils sauront me faire confiance sur ce choix, qui j'en suis convaincue sera riche et développera l'esprit de chercheur de leurs enfants.

    Merci à Serge Petit de m'accorder sa confiance et de son temps pour cette aventure, car je sais que pour moi elle CompteRa...

    Le travail ne fait que commencer, tout ceci est donc à suivre! yes

    La version pour les classes monolingues est déjà disponible et utilisée.

     

    CompteRa

     

    CompteRa

     

    CompteRa

    Pin It

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique